Contact
Pour nous laisser un message, c'est ici :
Email
Objet
Message
Anti-Spam : Combien de lettres y a-t-il dans GRAL ?

Coordonnées

Groupe de Recherches Archéologiques de la Loire
Maison Passé-Présent
8 rue Desimiane de Montchal
42170 Saint-Just Saint-Rambert
04.77.52.12.78

PUBLICATION :

Les portes en pierre

Un élément singulier de l’architecture souterraine

entre Moyen-Orient et Occident

Eric Clavier et Luc Stevens

 Couv portesL’utilisation des portes en pierre dans le monde souterrain n’a fait l’objet que de rares études généralement focalisées sur une région ou un site spectaculaire. Nos recherches, concentrées sur le bassin méditerranéen au sens large, mettent en évidence l’utilisation de ces portes sur un temps très long, depuis la Préhistoire jusqu’au Moyen-Age, en passant par l’antiquité. Ces portes se retrouvent également dans des contextes très variés. Présentes en grand nombre dans les monuments funéraires, on en retrouve également dans certains sites souterrains défensifs ou destinées à des pratiques plus domestiques comme le stockage. Depuis le Val de Loire jusqu’en Arménie en passant par l’Espagne, l’Italie, la Bulgarie, l’Egypte et les pays du Levant, nous vous proposons l’étude de portes pour lesquels nous tenterons de mettre en évidence les différentes caractéristiques architecturales et leur mode de fonctionnement. C’est donc, entre Orient et Occident, à un véritable voyage souterrain que nous vous invitons.

Préparez-vous à franchir des portes que vous n’auriez jamais penser pouvoir ouvrir.

234 pages en couleurs

format 22 x 22 cm

Prix : 40 € + Frais de port

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le Bulletin 2022, n° 32 est disponible

 

SOMMAIRE 

- Mot du Président

Philippe Richagneux

 - Onze ans de prospection aérienne sur le département de la Loire

Jean-François Parrot

 - Hautes Chaumes, campagne 2021

Jacques Verrier

 - Hautes Chaumes, évolution des construction d'estive : XIe-XXe siècle

Jacques Verrier

- Le Trambouzan - Prospection 2020 - 2021

Sabrina Flandin

- La palynologie. Connaissance de l'environnement du passé

Jacqueline Argant

 - Enceinte urbaine de Saint-Genis-Terrenoire

Jacques Verrier

 - Hommage à Raymond Pons - Le péage de Pontempeyrat
 Jacques Verrier

Disponible par le biais de la fiche contact ci-contre ou par mail

Une hache pas très polie...

 

 

 

La découverte d’une hache polie n’est pas une chose courante. Ce ramassage sur la commune de Veauchette est celui d’un petit modèle en forme d’amande, mesurant 6 cm de longueur par 4,5 cm de largeur et 1,5 cm d’épaisseur. Ce qui en fait son originalité c’est la matière dans laquelle elle a été fabriqué : une variété de basalte vacuolaire. Cette roche est habituellement utilisée pour fabriquer du matériel de mouture et elle n’est sans doute pas la plus approprié pour la fabrication de ce type d’objet. Son tranchant est d’ailleurs très émoussé.

 

 

Les charbonnières des Hautes Chaumes des monts du Forez

 

 

L’activité des charbonniers dans les Hautes Chaumes du Forez est connue. Le lieu où est pratiquée cette activité se présente en général comme une plateforme de 6 x 3 m qui a été aménagée perpendiculairement ou parallèlement à une pente (les terres de creusement en amont ont permis de fabriquer la plateforme en aval) et sur laquelle la construction de bois était installée. Elles sont souvent regroupées par 4 à 6 unités.

 Fabrication fosses

 

 

 

 

 

 

 

 

La montagne de Saint-Anthème offre la particularité d'avoir accueilli une intense activité de ce type puisque plusieurs secteurs comprenant chacun plus d’une cinquante de charbonnières regroupées ont été identifiés lors des prospections du programme d’inventaire. La fabrication s’effectuait classiquement sur des plateformes mais aussi en fosses circulaires d’environ 3,50 m de diamètre dont les terres de creusement ont été rejetées en périphérie. Elles forment des bourrelets. Cette manière de procéder était utilisée dès l’antiquité mais les fosses étaient plutôt de forme rectangulaire et allongée. Ce sont donc de véritables champs de charbonnières installés à la limite entre les pâtures et les zones boisées qui ont été dénombrés.

Taupinière

Ces découvertes posent évidemment de nombreuses questions : s’agissait-il d’une activité qui était pratiquée à plein temps ou bien s'agissait-il d’une activité annexe et ponctuelle ? A quoi servait tout ce charbon de bois : à une activité domestique ou artisanale ? Dans ce cas, à qui était-il destiné : à des forgerons, à des verriers ou autres ? Etait-ce un usage local ou un commerce existait-il ?

 

Les données locales sur ce type d’activité sont rares et nous sommes, bien évidemment, preneurs de tout renseignements.

PUBLICATION HS n° 9 :

Le bourg d'Aurec-sur-Loire et son enceinte urbaine

 

Cette étude sur le bourg médiéval d’Aurec n’est pas un travail de réécriture de l’histoire de la ville et des seigneurs qui l’ont tenue entre leurs mains. Il s’agit de la mise en valeur d’un document, d’une recopie de terrier dont l’original date de 1595. Son étude a été le point de départ de recherches sur les défenses de la ville et de son château.

Il permet de se promener dans le bourg médiéval, à la recherche et à la découverte des vestiges de l’enceinte médiévale.

Le livret de 45 pages est le résultat d’une coopération entre les Amis du Vieil Aurec (AVA) et du GRAL.

Il intègre des données anciennes et d’autre plus récentes, résultats des prospections sur le site et du travail de D. Jouneau (Archéodunum) sur le château en cours de restauration.

 

Quelques exemplaires sont disponibles au GRAL, sinon on peut s'en procurer auprès d’AVA, au Château du Moine-sacristain à Aurec, Place des Marroniers.

Voir les jours et horaires d’ouverture sur le site :

http://amis-du-vieil-aurec.e-monsite.com

Format 21 x 24, 45 pages, prix de vente : 12 €

 

Sous-catégories