Rapid Contact
Pour nous laisser un message, c'est ici :
Email
Objet
Message

Coordonnées

Groupe de Recherches Archéologiques de la Loire
Maison Passé-Présent
8 rue Desimiane de Montchal
42170 Saint-Just Saint-Rambert
04.77.52.12.78

PA Les leurres

Les leurres


 

Toutes les traces identifiées lors des vols doivent être confirmées par d'autres sources. Les vérifications adoptent de nombreuses formes : prospection systématique au sol et ramassage de mobilier archéologique, dépouillement de textes anciens mentionnant des ruines ou des voies anciennes, recherche des résultats de prospections antérieures, échanges avec les exploitants agricoles. Une trace ne pourra être qualifiée d'archéologique, si elle n'est pas confortée par d'autres indices.
Même en prenant de multiples précautions, la multiplication des éléments d'identification ne peuvent constituer une preuve irréfutable. Seule, une fouille soignée peut lever les derniers doutes. La photo interprétation est la phase la plus délicate de la prospection archéologique aérienne.

 Ronds champignonniers

 

Ainsi, dans le secteur de Chalain le Comtal en 2008, de nombreux cercles dont certains avaient une symétrie parfaite ont été observés. Sans vérification, ils auraient pu être confondus avec des fossés circulaires entourant, par exemple, des sépultures. (Photo). Las, lors du contrôle au sol, les illusions disparurent. On pouvait voir nettement de très beaux spécimens de mousserons. Le phénomène est connu et a conduit dans certaines régions à des sondages intempestifs  détruisant irrémédiablement de belles perspectives de délicieuses omelettes.

 

Piétinements animaliersLes vols, au lendemain d'orage, réservent souvent de très bonnes surprises. La pluie abondante peut s'insinuer dans des dépressions invisibles par temps sec et révéler des structures fossoyées prometteuses. Ce fut le cas près de Champdieu au printemps 2010. Les formes étaient diverses, très organisées, phénomène d'autant plus intrigant qu'en 1985, un survol avait mis en évidence des formes qualifiées à l'époque de protohistoriques.
Un examen attentif montrait que depuis de nombreuses années, le bétail paissait paisiblement autour de mangeoires fixes et tournait allègrement autour tassant ainsi la terre, frustrant ainsi les archéologues d'une découverte majeure (Photo).

Travaux archéologiques récents

 

 

Le dernier exemple fut, là encore, à l’origine de beaucoup d'émotion et à la perspective d'avoir œuvré à la découverte sinon du siècle du moins de quelques semaines. Imaginer des traces parfaitement symétriques dans un découpage orthogonal comme nos ancêtres gallo-romains les appréciaient tant (Photo). Nous étions proche d'un site reconnu en prospection terrestre. Certes, sur cette zone, aucun vestige n'avait été détecté lors des fréquents passages du GRAL. Toutefois, fidèle à nos principes, rien de pouvait être qualifié sans une vérification au sol. Il s'agissait en fait du résultat de sondages archéologiques, réalisés quelques années auparavant. Le relevé des dits sondages ne laissaient pas le moindre doute. Les tranchées creusées à l'époque correspondaient parfaitement aux traces identifiées sur les clichés.

 

Retour à la prospection aérienne